Première expérience de voile pour le groupe Défi Evironnement

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest

Nous avons le plaisir d’accueillir à bord du Roter Sand le groupe Défi Environnement du Cégep Édouard-Montpetit pour naviguer de Sept-Îles à Rimouski. Voici comment  raconte leur première expérience de voile :

 »C’est avec Alexis que nous nous sommes mis à la tâche de lever l’ancre. Peter nous attendait également sur le pont, car le temps était parfait pour faire un peu de voile. Ce dernier nous a montré avec soin comment monter les voiles. Bien que le vent était léger, nous avons fait la moitié du trajet à voile. Ce qui a inspiré un autre topo de notre capitaine sur les allures. Nous avons compris comment il est possible de faire de la voile. Pour que cela soit possible, nous devons avoir des allures portantes, c’est-à-dire que nous devons avoir le vent dans le dos. Il est impossible de faire de la voile avec le vent dans le visage. On appelle ceci des allures montantes. Une fois ceci compris, elle nous a expliqué comment placer les voiles afin d’utiliser le vent à sa pleine capacité. C’est le principe de choquer ou border les voiles, qu’on peut comparer à ouvrir ou fermer ces dernières avec des angles bien distincts.
Lorsque le topo fut terminé, plusieurs ont été pris de mal de mer, alors Bruno nous a occupé l’esprit en nous faisant travailler. Nous avons donc huilé le pont ainsi qu’enlever le rouille. Ceci a aidé certains alors que pour d’autres, le mal de mer a remporté la bataille. Une fois les voiles fermées, nous avons utilisé le moteur pour se rendre au mouillage qui se situait entre les Îles du Petit et Grand Caoui. Malgré les vagues, nous nous sommes rendus sans trop de difficulté. Nous nous sommes mis à table et avons mangé comme des rois. La journée s’est terminée avec un superbe coucher de soleil derrière la montagne. Un rêve quoi !
Bien que cette journée était chargée, une chose m’a profondément marquée. Pour faire de la voile, il faut du vent, mais ce dernier dépend de la météo. Toutefois, les changements climatiques affectent celle-ci. L’humain aurait donc intérêt à faire attention, car lorsque nous sommes sur un bateau on dépend entièrement du vent. »

Pour plus de détails sur le séjour du groupe à bord du voilier, visitez le blog du Défi Environnement:  http://defienvironnement.cegepmontpetit.ca/

Bon vent matelots!

Poursuivez votre lecture avec ces articles

Les nœuds de l’équipage

«Je tiens à tous vous offrir cette longueur de cordage. Mis bouts à bouts, ils totalisent une longueur de douze pieds. Le cordage d’un voilier est, on l’aura appris, aussi essentiel que son équipage. Il permet de soulever les plus grandes charges, sa flexibilité offre la possibilité de créer les nœuds les plus divers afin

Lire plus »

Un récit de Cabestan mai 2019

Depuis 2 semaines à bord du navire ECOMARIS, 12 humains clandestins qui bravent leur route pour évoluer dans la liberté et la responsabilité, 5 humains éclaireurs qui nous apprennent à naviguer, à vivre en groupe, nous ramenant à notre ‘’huma-unité’’, au début du voyage, on développe des liens, des connaissances, des affinités et une reconnaissance

Lire plus »
Retour haut de page