Histoire de plancton – Bob le rotifère

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest

[et_pb_section bb_built= »1″ admin_label= »section »][et_pb_row admin_label= »Row »][et_pb_column type= »4_4″][et_pb_video admin_label= »Video » src= »https://ecomaris.org/wp-content/uploads/alimentation_de_bob.mp4″ image_src= »https://ecomaris.org/wp-content/uploads/bob.bmp.jpg » /][/et_pb_column][/et_pb_row][et_pb_row admin_label= »row »][et_pb_column type= »1_2″][et_pb_text admin_label= »Text » background_layout= »light » text_orientation= »left » use_border_color= »off » border_color= »#ffffff » border_style= »solid »]

Des nouvelles du plancton

Bonjour, je m’appelle Bob. Vous ne me voyez pas. Non, je ne suis pas un fantôme ni une quelconque créature de science-fiction, j’appartiens plutôt au domaine du microscopique. Encore pire, j’habite dans un endroit qui vous est peu accessible puisque vous ne pouvez y respirer : l’eau. Je ne croyais donc jamais vous rencontrer. Cependant, lors d’une belle soirée d’août, j’ai été capturé dans un petit filet à plancton alors que je dérivais tranquillement. On m’a ensuite observé sous toutes les coutures sous une loupe binoculaire. Dans leur enthousiasme débordant, l’équipage me surnomme Roulette, en référence à mes deux appendices recouverts de cils, situés de chaque côté de ma bouche, qui tournent comme des rotors. Ce surnom n’est pas si loin de mon vrai nom : Rotifère. Sous leur lentille, je me suis ridiculisé en coinçant une grosse diatomée, algue ronde en forme de hamburger, dans mon pharynx, l’organe qui me sert à me nourrir.

Les diatomées font partie d’un groupe appelé phytoplancton, qui regroupe les algues microscopiques qui alimentent les niveaux supérieurs de la chaîne alimentaire, notamment mon groupe, le zooplancton, qui comprend aussi des copépodes, du krill, des vers, des méduses, des larves et plus encore. C’est cette impulsion de nourriture végétale qui permet la prolifération de la vie dans le milieu aquatique, allant jusqu’à supporter les énormes baleines. À la fin de la soirée, l’équipage m’a renvoyé chez moi, où je serai fier de servir de casse-croute à plus gros que moi.

 

par Gabrielle Nadaï

[/et_pb_text][/et_pb_column][et_pb_column type= »1_2″][et_pb_gallery admin_label= »Gallery » gallery_ids= »29501,29502,29503,29504″ fullwidth= »off » posts_number= »6″ orientation= »landscape » show_title_and_caption= »on » show_pagination= »on » background_layout= »light » auto= »off » hover_overlay_color= »rgba(255,255,255,0.9) » use_border_color= »off » border_color= »#ffffff » border_style= »solid » /][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

Poursuivez votre lecture avec ces articles

Les nœuds de l’équipage

«Je tiens à tous vous offrir cette longueur de cordage. Mis bouts à bouts, ils totalisent une longueur de douze pieds. Le cordage d’un voilier est, on l’aura appris, aussi essentiel que son équipage. Il permet de soulever les plus grandes charges, sa flexibilité offre la possibilité de créer les nœuds les plus divers afin

Lire plus »

Un récit de Cabestan mai 2019

Depuis 2 semaines à bord du navire ECOMARIS, 12 humains clandestins qui bravent leur route pour évoluer dans la liberté et la responsabilité, 5 humains éclaireurs qui nous apprennent à naviguer, à vivre en groupe, nous ramenant à notre ‘’huma-unité’’, au début du voyage, on développe des liens, des connaissances, des affinités et une reconnaissance

Lire plus »

Dive straight into the feedback!
Login below and you can start commenting using your own user instantly

Retour haut de page