Des nouvelles du plancton

Bonjour, je m’appelle Bob. Vous ne me voyez pas. Non, je ne suis pas un fantôme ni une quelconque créature de science-fiction, j’appartiens plutôt au domaine du microscopique. Encore pire, j’habite dans un endroit qui vous est peu accessible puisque vous ne pouvez y respirer : l’eau. Je ne croyais donc jamais vous rencontrer. Cependant, lors d’une belle soirée d’août, j’ai été capturé dans un petit filet à plancton alors que je dérivais tranquillement. On m’a ensuite observé sous toutes les coutures sous une loupe binoculaire. Dans leur enthousiasme débordant, l’équipage me surnomme Roulette, en référence à mes deux appendices recouverts de cils, situés de chaque côté de ma bouche, qui tournent comme des rotors. Ce surnom n’est pas si loin de mon vrai nom : Rotifère. Sous leur lentille, je me suis ridiculisé en coinçant une grosse diatomée, algue ronde en forme de hamburger, dans mon pharynx, l’organe qui me sert à me nourrir.

Les diatomées font partie d’un groupe appelé phytoplancton, qui regroupe les algues microscopiques qui alimentent les niveaux supérieurs de la chaîne alimentaire, notamment mon groupe, le zooplancton, qui comprend aussi des copépodes, du krill, des vers, des méduses, des larves et plus encore. C’est cette impulsion de nourriture végétale qui permet la prolifération de la vie dans le milieu aquatique, allant jusqu’à supporter les énormes baleines. À la fin de la soirée, l’équipage m’a renvoyé chez moi, où je serai fier de servir de casse-croute à plus gros que moi.

 

par Gabrielle Nadaï