C’est un départ!

Après une nuit de sommeil revigorante, nos aventuriers ont pris la direction de Cap du Bon-Désir pour une première activité avec une chef de projet de Parcs Canada. Notre guide, Valérie, nous a renseigné sur l’histoire du site, constitué d’un phare majestueux et d’un instrument ancien nommé « Corne de Brume ».

Trois cent mètres plus loin, nous nous retrouvons au littoral pour tenter d’apercevoir des baleines. Nos futurs matelots n’ont malheureusement pas eu la chance de voir lesdites baleines, mais ils ont heureusement pu se consoler avec des leçons fascinantes sur l’écosystème de l’estuaire, gracieuseté de notre animatrice. Après plus d’une trentaine de minutes de vents violents, nous sommes revenus à notre minibus pour nous diriger au centre Explos Nature. Quelle ne fut pas la surprise de Jérôme, notre second guide, de constater que nous savions déjà beaucoup de choses sur l’estuaire : nos leçons étant fraiches dans nos mémoires. Question de ne pas être dépaysés, nous sommes retournés au Cap du Bon-Désir, cette fois-ci pour une exploration à marée basse. Armés de nos bottes et de nos filets, nous avons fait la chasse aux microorganismes, aux anémones et aux moules.

Durant l’activité, nous avons eu la chance de déguster un repas de sushis déconstruits en trois services : des gammarus, variété de crevettes (encore vivantes, bien évidemment), des algues lasagne et des gonades d’oursins.

Après ce met succulent, nous avons pris la direction du Rossy de Sacré-Cœur, la métropole de la place, pour acheter quelques couches supplémentaires de vêtements. Avant d’embarquer, nous sommes allés manger au Chant Martin pour célébrer la (fausse) fête à Sylvain. Finalement, nos aventuriers ont dit leur adieu à Dominique et Maude pour embarquer sur le magnifique Roter Sand et y passer leur première nuit.

Texte rédigé par Félix Mailhot dans le cadre du Défi environnement du Cégep Édouard Montpetit