22 mars : Journée Mondiale de l’eau

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest

[et_pb_section admin_label= »section »][et_pb_row admin_label= »row »][et_pb_column type= »4_4″][et_pb_text admin_label= »Text »]

20 ans pour l’eau
La Journée Mondiale de l’Eau a initialement été proposée dans l’Agenda 21 de la conférence des Nations Unies sur l’Environnement et le Développement Durable en 1992. À l’époque, l’Agenda 21 était le premier plan d’action entrepris par l’ONU en termes de développement durable.
Durant les 20 années qui ont suivi, le monde a fait beaucoup de chemin afin de développer une façon de vivre plus durable à l’échelle globale. La Journée Mondiale de l’Eau des années passées a aidé aux efforts de conservation des ressources d’eau sur la planète. Les thématiques précédentes on mis en lumière différentes problématiques reliées à l’eau, incluant son importance pour la santé humaine, les ressources souterraines, l’assainissement des eaux et le grand défi urbain de fournir de l’eau potable à des villes surpeuplées. La Journée Mondiale de l’Eau a eu un impact majeur en exposant l’importance de reconnaitre notre usage (souvent abusif) de l’eau et en proposant des solutions aux problèmes auxquels la planète fera face dans le futur.
Il faut cependant se rappeler que 783 millions de personnes n’ont toujours pas accès à de l’eau potable – pas parce qu’elle n’est pas là, mais parce qu’ils n’y ont tout simplement pas accès. Avec toute l’expertise et la technologie que nous avons de nos jours, c’est un chiffre qui me dépasse…

La coopération dans le domaine de l’eau
Le thème de 2013 pour la Journée Mondiale de l’Eau est la coopération dans le domaine de l’eau. Cette année, on souligne le fait qu’une bonne gestion de l’eau est essentielle pour atteindre un équilibre entre les différents besoins et priorités de l’une des ressources le plus précieuses de la planète. Selon l’ONU, « La coopération dans le domaine de l’eau nécessite une approche interdisciplinaire qui réunit les facteurs culturel, éducatif, et scientifiques, aussi bien que les dimensions religieuse, sociale, politique, légale, institutionnelle et économique». Le thème de cette année encourage une collaboration efficace entre les différents acteurs à l’échelle mondiale pour atteindre le but d’une gestion de l’eau de la manière la plus efficace qui soit.
La saine gestion de l’eau présente un défi coopératif énorme en raison de ses caractéristiques uniques: l’eau n’est pas répartie de façon uniforme dans le temps et l’espace, les cycles hydrologiques sont très complexes, et les perturbations ont des effets tout aussi complexes. L’urbanisation rapide, la pollution, les changements climatiques menacent la ressource alors que les demandes en eau ne cessent d’augmenter pour satisfaire les besoins d’une population mondiale croissante, maintenant à plus de 7 milliards de personnes, pour la production de nourriture, d’énergie, et pour les usages industriels et domestiques. L’eau est une ressource partagée, et nous devons coopérer pour en assurer la pérennité.
Toujours selon l’ONU, les vertus que l’on accorde à l’eau sont innombrables : « L’eau contribue à la réduction de la pauvreté, à établir l’équité, à créer des retombées économiques, à préserver les ressources en eau à protéger l’environnement, tout en construisant la paix. ». De mon point de vue de biologiste, je résume tout cet argumentaire à une seule phrase : « L’eau est nécessaire à la vie ». Un point, c’est tout.

Eau Canada… ton histoire est une épopée des plus brillants exploits
Notre pays possède des richesses naturelles incroyables, et l’eau est certainement l’un des joyaux les plus reconnus et enviés de ces richesses. Cependant, nous utilisons bien plus que notre juste part de cette ressource qui est, faut-il se le rappeler, épuisable. Les écosystèmes aquatiques de notre pays sont aussi à risque, plus que jamais.
Le thème optimiste et rassembleur de cette année pour la Journée Mondiale de l’Eau me laisse perplexe lorsque je pense aux très peu « brillants exploits » de notre gouvernement actuel en matière de stratégies environnementales. Le retrait du protocole de Kyoto, en mai 2012, a sans doute été « l’exploit » – oui c’est un exploit, le Canada était le premier pays à avoir cette idée saugrenue de se retirer d’un des plus prestigieux consortium environnemental de la planète- le moins brillant du gouvernement de Stephen Harper. La fermeture du Experimental Lake Area, fleuron de la recherche sur les milieux aquatiques à l’échelle mondiale, modification de la Loi sur les pêches qui met maintenant en péril 80% de la biodiversité aquatique du pays, coupures de 100% des postes en écotoxicologie au Ministère des Pêches et des Océans, manque flagrant de vision environnementale dans le dossier des hydrocarbures, voilà autant d’exemples qui me font douter de l’esprit de coopération du Canada dans le domaine de l’eau au sens large.

N’oublions pas nos origines!
Depuis le tout début de l’histoire de notre planète, il y a 3,8 milliards d’années, l’eau joue un rôle prépondérant pour la Terre. Ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle la planète bleue. Aujourd’hui, 72 % de la surface de la Terre est recouverte d’eau. C’est de l’eau que les premières formes de vie sur terre sont apparues. L’eau fait aussi partie de nous… pour des être composés à 65% d’eau, on oublie parfois nos origines. Nous ne pouvons vivre sans eau. Si nous voulons protéger les ressources en eau douce et les écosystèmes qu’elles supportent, on doit reconnaitre l’impact des activités humaines et tenter de les limiter.

Quoi faire?
Même si 2013 marque l’année de la coopération dans le domaine de l’eau, il y a quand même beaucoup de choses que nous pouvons faire comme individu, comme famille, ou comme entreprise, pour réduire notre consommation d’eau :
– Remplacez les toilettes existantes par des modèles à très faible débit d’eau;
– Utilisez votre lave-vaisselle et votre machine à laver seulement à pleine capacité;
– Prenez des douches plus courtes;
– Gardez un pichet d’eau au frigo au lieu de faire couler le robinet;
– Évitez les bouteilles d’eau en plastique : 7 litres d’eau sont nécessaires pour produire un litre d’eau en bouteille plastique, optez pour une bouteille réutilisable;
– Arrosez vos plantes avec de l’eau de pluie;
– Favorisez les produits en papier recyclé (leur fabrication requiert beaucoup moins d’eau que ceux fait en papier régulier)
– Évitez le gaspillage des produits alimentaires. Eh oui, environ 30% de la nourriture produite – environ 1.3 milliards de tonnes – est perdue ou gaspillée chaque année. La production alimentaire nécessite beaucoup d’eau, par exemple 1500 litres d’eau sont nécessaires à produire 1 kg de blé, et 10 fois plus pour produire 1 kg de bœuf. Pensez-y!
Ces quelques conseils sont souvent très faciles à mettre en pratique dans notre vie quotidienne et peuvent faire une grande différence. En cette Journée Mondiale de l’Eau, relevez le défi, individuellement, en famille ou même au travail, afin de réduire votre consommation d’eau.
Pour en savoir plus sur la Journée Mondiale de l’Eau 2013 de l’ONU : http://www.unesco.org/new/fr/natural-sciences/environment/water/world-water-day/world-water-day-2013/

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

Poursuivez votre lecture avec ces articles

decouvrez l’ecomaris! Jeu concours facebook

Gagnez une magnifique expérience de 3 jours sur un des plus beaux voiliers du Québec! Embarquez à bord du voilier EcoMaris du 19 au 21 Octobre 2020 pour apprendre la navigation à la voile sur le St-Laurent. Tu vivras l’aventure de ta vie en participant aux activités à bord accompagné de l’équipage qui te fera

Lire plus »

Les nœuds de l’équipage

«Je tiens à tous vous offrir cette longueur de cordage. Mis bouts à bouts, ils totalisent une longueur de douze pieds. Le cordage d’un voilier est, on l’aura appris, aussi essentiel que son équipage. Il permet de soulever les plus grandes charges, sa flexibilité offre la possibilité de créer les nœuds les plus divers afin

Lire plus »

Un récit de Cabestan mai 2019

Depuis 2 semaines à bord du navire ECOMARIS, 12 humains clandestins qui bravent leur route pour évoluer dans la liberté et la responsabilité, 5 humains éclaireurs qui nous apprennent à naviguer, à vivre en groupe, nous ramenant à notre ‘’huma-unité’’, au début du voyage, on développe des liens, des connaissances, des affinités et une reconnaissance

Lire plus »
Retour haut de page